Logo Bresil21.tv
Inscription Newsletter Bresil21.tv
Reseaux Sociaux



 
Favoris et Partage

« Le récif de l’Amazone n’est pas une fontaine à pétrole ». Samedi 22 septembre, l'ONG de lutte pour l’environnement Greenpeace a protesté contre un projet de forage sur les côtes brésiliennes dans une trentaine de villes en France. Comment ? En noircissant les eaux de fontaines, reproduisant ainsi de mini-marées noires, a indiqué l’AFP.
« Total insiste pour trouver ce pétrole alors qu'il y a des écosystèmes, des joyaux de la diversité à préserver. Ce n'est plus l'âge du pétrole, on est à l'âge de la transition », a déclaré Edina Ifticene, responsable de la campagne pour Greenpeace.
Cette protestation est intervenu alors que Total doit déposer une nouvelle version de l'étude d'impact environnemental de son projet auprès des autorités brésiliennes. Fin mai, l'institut brésilien pour l'environnement (Ibama) avait une nouvelle fois demandé au groupe pétrolier de revoir sa copie, considérant les études d'impact environnemental comme "insuffisantes" pour ce projet à l'embouchure du fleuve Amazone. Si le groupe français assure que les risques mis en avant par les défenseurs de l'environnement "n'existent pas", Greenpeace affirme de son côté que le récif corallien du fleuve Amazone, découvert en 2016, est grandement menacé.

Contenu de la vidéo : « Le récif de l’Amazone n’est pas une fontaine à pétrole ». Samedi 22 septembre, l'ONG de lutte pour l’environnement Greenpeace a protesté contre un projet de forage sur les côtes brésiliennes dans une trentaine de villes en France. Comment ? En noircissant les eaux de fontaines, reproduisant ainsi de mini-marées noires, a indiqué l’AFP.
« Total insiste pour trouver ce pétrole alors qu'il y a des écosystèmes, des joyaux de la diversité à préserver. Ce n'est plus l'âge du pétrole, on est à l'âge de la transition », a déclaré Edina Ifticene, responsable de la campagne pour Greenpeace.
Cette protestation est intervenu alors que Total doit déposer une nouvelle version de l'étude d'impact environnemental de son projet auprès des autorités brésiliennes. Fin mai, l'institut brésilien pour l'environnement (Ibama) avait une nouvelle fois demandé au groupe pétrolier de revoir sa copie, considérant les études d'impact environnemental comme "insuffisantes" pour ce projet à l'embouchure du fleuve Amazone.
Si le groupe français assure que les risques mis en avant par les défenseurs de l'environnement "n'existent pas", Greenpeace affirme de son côté que le récif corallien du fleuve Amazone, découvert en 2016, est grandement menacé.


Mots clés liés : Brésil, Ibama, France, pétrole, Greenpeace, écosystème, environnement, Total, forage, manifestation, marée noire, récif corallien, Amazonie

Image pour les réseaux sociaux :
 
 
 
 
   

 

Nous Contacter 
 Bresil21.tv disclaims any responsibility for the content of infomercials and film coverage aired on Bresil21.tv