Logo Bresil21.tv
Inscription Newsletter Bresil21.tv
Reseaux Sociaux



 
Favoris et Partage

Le cinéaste brésilien Nelson Pereira dos Santos est mort à Rio de Janeiro fin avril. Il avait 89 ans. Pionnier du néoréalisme latino-américain et du « Cinema Novo », il est le premier réalisateur à entrer à l’Académie brésilienne. Son lien avec la France débute très tôt, lorsqu’il choisit Paris pour se former à la Cinémathèque française. Nelson Pereira dos Santos s’est fait entre autre connaître avec son film d’un réalisme cruel Vidas Secas, Sécheresse, sorti en 1963 et qui sera présenté en sélection officielle au Festival de Cannes en 1964. Dans un article qui lui est consacré, le journal Le Monde affirme : « Nelson Pereira dos Santos réinvente le cinéma brésilien. Communistes et catholiques communiaient alors dans la même foi dans les vertus du néoréalisme, qui leur semblait l’option pour renouveler à la fois l’expression et le mode de production d’une cinématographie périphérique ». Et le site français Slate de confirmer : « Pas plus que les Américains, les Anglais, les Polonais ou les Japonais, les Brésiliens n’ont attendu François Truffaut et Jean-Luc Godard pour inventer leur Nouvelle Vague ».

Contenu de la vidéo : Le cinéaste brésilien Nelson Pereira dos Santos est mort à Rio de Janeiro fin avril. Il avait 89 ans. Pionnier du néoréalisme latino-américain et du « Cinema Novo », il est le premier réalisateur à entrer à l’Académie brésilienne. Son lien avec la France débute très tôt, lorsqu’il choisit Paris pour se former à la Cinémathèque française. Nelson Pereira dos Santos s’est fait entre autre connaître avec son film d’un réalisme cruel Vidas Secas, Sécheresse, sorti en 1963 et qui sera présenté en sélection officielle au Festival de Cannes en 1964. Dans un article qui lui est consacré, le journal Le Monde affirme : « Nelson Pereira dos Santos réinvente le cinéma brésilien. Communistes et catholiques communiaient alors dans la même foi dans les vertus du néoréalisme, qui leur semblait l’option pour renouveler à la fois l’expression et le mode de production d’une cinématographie périphérique ». Et le site français Slate de confirmer : « Pas plus que les Américains, les Anglais, les Polonais ou les Japonais, les Brésiliens n’ont attendu François Truffaut et Jean-Luc Godard pour inventer leur Nouvelle Vague ».

Mots clés liés : Nelson Pereira dos Santos, cinéma, mort, Brésil, Nouvelle Vague, Cinema Novo, Festival de Cannes, Vidas Secas, Sécheresse, François Truffaut et Jean-Luc Godard

Image pour les réseaux sociaux :
 
 
 
 
   

 

Nous Contacter 
 Bresil21.tv disclaims any responsibility for the content of infomercials and film coverage aired on Bresil21.tv